Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 23:46

LA  CULTURE 

FACE A LA CHUTE DES VALEURS

& LA DESTRUCTION DU SACRE


SOPHIA
 

(A la lumière de l’Agni Yoga)

Thierry  BECOURT 

 

*   *   *


 

            La CULTURE est définie comme l’ensemble des connaissances acquises qui permettent de développer le sens critique, le goût et le jugement.

 

            Elle se révèle être la synthèse

1°. des ARTS qui n’est autre que la démonstration de notre savoir-faire et la culture de la Beauté,

2°.  de la SCIENCE comme l’ensemble des connaissances tendant à la découverte des lois qui nous régissent,

3°. et de la RELIGION que je préfère présenter sous le terme de la TRADITION qui s’oppose à l’éphémère en ce qu’elle traite de la continuité de conscience.

 

Culture n’est pas synonyme d’érudition ou d’accumulation des savoirs. Etre cultivé n’est pas réduit à la capacité d’une mémoire encyclopédique.

 

La culture est : « Le culte de la Lumiere » telle qu’elle est définie dans le livre ‘Hierarchie’ de la série des Agni Yoga.

            Mais on ne développe pas la conscience sans développer la culture, et c’est à cette œuvre qu’ont consacré leur vie Héléna et Nicolas ROERICH. Œuvre  qui s’est concrétisée par la ‘Bannière de la Culture’ où les trois points rouges  entourés du cercle de la culture sont justement censés représenter l’Art, la Religion et la Science.

 

            C’est cette bannière proposée par N. ROERICH au début du siècle dernier et qui fut adoptée par l’ONU  et soutenu par le Président ROOSEVELT comme symbole de la protection des œuvres culturelles mondiales en temps de guerre que je vous présente comme solution face à la chute des valeurs, sachant que l’intolérance que nous voyons à l’œuvre  n’est rien d’autre que l’ignorance qui elle-même est la négation de la culture.

            Ce drapeau international dont la vocation est de protéger la beauté et la recherche dirigera l’humanité vers le sentier du progrès et de la      paix en nous faisant comprendre combien le sentiment de solidarité ajoute à la valeur humaine.

 

            Toujours dans le livre « Hiérarchie »,  nous lisons que sans la culture il ne peut y avoir ni accord international, ni compréhension mutuelle. Sans la Culture la compréhension des hommes ne peut embrasser tous les besoins de l’évolution. L’Humanité ne  peut s’épanouir sans savoir ce qu’est la grandeur de la Culture. La Pax Culture ouvrira ainsi  les portes a un futur meilleur.

            De toutes les forces de notre esprit, nous devons aider la Bannière de la Paix à se déployer c’est en elle que réside le fondement de la Culture.

            Ainsi, la Pax Cultura unira toutes les œuvres relatives en donnant au monde toutes les œuvres dont il a besoin.  C’est sous cette Bannière que s’uniront les nations.

            Cette Bannière est le symbole des plus hauts principes qui donneront une nouvelle étape a l’Humanité.

            La Grande Bannière de Paix porte avec elle ses projectiles de lumière. Elle remplit de feu les courants autour de la Terre comme une panacée contre le mal.

 

            Je pense que seul le développement de la culture est susceptible de réveiller le sens des valeurs spirituelles de notre société et que ces valeurs  passent  par le respect de la Vie.

 

 

            OUI, LA TERRE EST  MALADE,  parce que l’Humanité a cessé de se préoccuper de la conscience suprême et sombre dans l’ignorance la plus matérielle.  Parce qu’Elle s’est détournée du spirituel et du sacré.

Aujourd’hui le monde spirituel est devenu un rêve fou et le perfectionnement de soi, un passe-temps inutile et périlleux.

            Complètement absorbé par le salaire quotidien et la satisfaction du  désir matériel, nos sociétés ont perdu la notion même de l’Idéal. Or, nous savons qu’un être ou qu’un peuple qui n’a plus de vision, se détourne irrémédiablement de la Vie et travaille à sa destruction.

Parler Culture, c’est parler de conscience, et la conscience est vivante. Or, nous nous conduisons comme si la Vie était statique.

Et comment enseigner ces valeurs de culture, de morale, de respect,  dans une société qui déresponsabilise l’humain à l’extrême et conduit sous l’hypocrite principe de précaution à condamner toutes les valeurs et philosophies conduisant l’humain à l’autonomie ?

 

Je parlais en titre de la destruction du sacré or le sacré signifie ‘inviolabilité’. Et quoi de plus inviolable que le sanctuaire du cœur ? La cause majeure de la souffrance de notre planète est à mon sens d’avoir violé ce sanctuaire sacré.

Nous sommes en train de subir les conséquences du refus d’écouter la loi cœur.
La loi de l’union.
Notre société entière en s’appuyant sur la satisfaction personnelle, la recherche de la satisfaction individuelle, l’acquisition de biens  nous conduit à la séparativité.

 

De fait, le déclin des valeurs morales ne serait-il pas le signe d’un sacrilège ?

« La saleté de la dégradation morale est pire que toute infection. » nous dit   EL  MORYA.

 

            Nous sommes face aujourd’hui à un processus d’acculturation consciemment entretenu par les intérêts du monde de l’Avoir qui livre pour reprendre le titre de l’ouvrage de C. Xavier DURAND, une véritable guerre contre l’intelligence.

Une véritable guerre contre la Culture qui rend l’humain dépendant du monde de l’Avoir et l’éloigne chaque jour davantage du monde libérateur de l’Etre, véritable massification qui s’appui sur un formatage des consciences. Tout cela est comme le dit Annie Le Brun dans Manière de voir : « Un processus de crétinisation générale ralliant les dévots de tous les pays, mais aussi toutes les classes et tous les âges. ».

 

            Le Monde Diplomatique du mois de Mai de cette année 2002, nous alerte d’ailleurs sur ce sujet en titrant son numéro 63 : L’empire des médias…

            Nous y trouvons la démonstration de cette acculturation sous des thèmes aussi évocateurs que : Les nouveaux prédateurs, persuasions clandestines,  Big Brother, la communication à l’assaut de la culture, fabrique de désirs, mensonges de guerre ou encore le marketing de la libération.

           

            Force est de constater que nous sommes face à un Nouvel âge du mensonge, à une nouvelle religion, celle de la Consommation. Mais c’est une religion de l’Avoir en contradiction même avec l’idéal religieux qui ne devrait que nous tourner vers l’Etre. Notre société s’appuyant sur les processus retors et pervers, fonctionne donc à l’envers.

Cette dictature de velour  est très bien décrite par Frédéric BEIGBEDER : « Les dictatures d’autrefois craignaient la liberté d’expression, censuraient la contestation, enfermaient les écrivains, brûlaient les livres controversés (…) Aujourd’hui, pour réduire l’humanité en esclavage, la publicité a choisi le profil bas, la souplesse, la persuasion. Nous vivons dans le premier système de domination de l’homme contre lequel même la liberté est impuissante. Au contraire, il mise sur la liberté, c’est là sa plus grande trouvaille. Toute critique lui donne le beau rôle, tout pamphlet renforce l’illusion de sa tolérance doucereuse. Il vous soumet élégamment. Le système a atteint son but : même la désobéissance est devenue une forme d’obéissance. »

 

            Alors que faire face à cette à cette silencieuse idéologie ?

 

 

           

Et,  pour que notre TERRE  MALADE  NE  MEURT  PAS…

Je propose 3 voies qui tiennent en ces trois thèmes : - Culture, responsabilité, coeur

            Dans un premier temps…

Nous devons développer la Culture car c’est par elle que nous apporterons la compréhension pour sortir l’humanité de la perversion et des immondices de la Terre.

Le rôle des hommes et femmes de bonne volonté, éveillés aux valeurs de l’Etre, est d’aider l’humanité à se souvenir de la loi d’Unité.

Leur principale action est de condamner l’ignorance en poussant  l’humanité à se poser les vraies questions sur l’origine et le but de la vie. Sur les causes de son existence.

            Or, s’interroger sur les causes de notre existence, nous conduit inéluctablement vers une ouverture de conscience qui fera naturellement appel à la Culture et à la responsabilité.

            Nous ne pouvons donc parler de Culture sans considérer le poids de notre responsabilité dans notre vie et celles qui nous entourent. C’est ce que la Tradition orientale nomme par Karma et Dharma.

 

            Dans un second temps on insistera sur le sens des responsabilités…       

            La persistance dont faisait preuve le Bouddha pour instiller chez ses disciples la compréhension de la responsabilité morale résultant de la loi du karma, montre qu’il s’agissait là d’une vérité absolue à la base de toutes les actions humaines.

             « Douter du pouvoir moral d’un acte signifie fermer les yeux devant l’évidence » disait H.   ROERICH.

            Toutes les traditions religieuses s’accordent pour dire qu’il n’y a pas de miracle dans les actions humaines, et que nous récoltons ce que nous semons.

Nous touchons ici au nœud vital du thème qui nous réuni :  Notre responsabilité.

           

Enfin, la voie cardiaque…

            C’est ici la Culture du SACRE celle du SANCTUAIRE DU COEUR… est une autre solution qui s’offre à nous. C’est  en réalisant les qualités et facultés du cœur que nous aborderons l’étape la plus vitale pour l’Humanité.

La loi du cœur est la loi du service, le souci du bien commun. Ainsi, nous devons inciter tous ceux qui exercent une profession les mettant en contact avec le public – médecins, enseignants, politiques, … -  de commencer une mission de spiritualisation du cœur. Nous devons inciter la population à réfléchir au-delà des actions de l’estomac.

Bouddha disait : « La transformation au contact de l’énergie du cœur, crée les conditions d’un courant de réussite. »

Notre vice-président de l'AFBP, lançait récemment l’idée du développement d’un nouveau concept, celui du  « Produit National de l’Amour ». Il y a sans doute beaucoup à creuser ici.

Bien sûr et de tout temps, partout où se trouve la Vérité, l’héroïsme est nécessaire, car agir de la sorte c’est vivre sous la menace d’être exclus du système du fait même que nous voulons l’élever.
          Chaque jour les héros de la doctrine dLatw RO Riga 1930thu cœur sont montrés du doigt et beaucoup subissent les attaques des forces de l’Avoir.

Mais l’histoire de l’Humanité montre que c’est cette minorité d’êtres éveillés qui a conduit l’évolution, et ceux-là ont puisé dans le cœur  la force de surmonter les obstacles.

            Ainsi, nous vous proposons de vous unir derrière cette  BANNIERE DE LA CULTURE et ses trois piliers porteurs de l’évolution de l’avenir. Et que chacune de nos journées s’accompagne du rappel qui ne saurait être différé, celui du cœur.

 

            Et soyons sûrs que c’est la Culture qui nous ramènera vers le SACRE, et ceci ne s’atteindra que si nous nous appuyons sur des valeurs morales et une Ethique personnelle.

 

Repost 0
Published by A.F.B.P. - dans Sur la culture...
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 17:46

P2270005.JPG 

 

 La Culture est vénération de la Lumière. La Culture est amour de l’humanité. La Culture est parfum, l’unité de la vie et de la beauté. La Culture est la synthèse de l’élévation de la connaissance et du développement de la sensibilité. La Culture est l’armure de la Lumière. La Culture est sauvegarde. La Culture est la puissance qui motive. La Culture est le Cœur.

 

Si nous rassemblons toutes les définitions de la Culture, nous trouvons la synthèse de Bonheur actif, l’autel du rayonnement et la beauté constructive.

 

Condamnation, désobligeance, souillure, mélancolie, désintégration, et toutes les autres caractéristiques de l’ignorance ne conviennent pas à la Culture. Le grand arbre de la Culture est nourri par une connaissance illimitée, par un travail éclairé, par la créativité incessante et une noble réalisation. Par l’étude, l’intérêt et l’admiration nous devenons de véritables coopérateurs de l’évolution ; ainsi pourra émerger, des brillants rayons de la Lumière suprême, la vraie connaissance. Cette connaissance raffinée est basée sur une réelle compréhension et la tolérance. De cette source vient la grande compréhension. Et de cette grande compréhension s’élève la Suprême Beauté, c’est-à-dire l’enthousiasme éclairé et raffiné pour la Paix.

 

La Culture et la Paix font de l’homme un être véritablement invincible, et en réalisant toutes les conditions spirituelles, il devient tolérant et embrasse l’Univers. L’intolérance n’est qu’un signe de faiblesse. Si nous admettons que tout mensonge, toute erreur peut être démasquée, cela signifie tout d’abord, qu’un mensonge est stupide et impossible. Mais, qu’a-t-il caché celui qui s’est consacré à la  Culture et à la Paix ? Aidant ses frères il aide au bien-être général, qui de tout temps a été apprécié. En luttant pour la Paix il devient le pilier d’un Etat qui s’achemine vers le progrès. En cessant de calomnier nos frères nous augmentons la productivité, engendrée par la création en commun. Ce n’est pas en nous querellant que nous prouverons notre connaissance des fondations. Ce n’est pas en perdant notre temps dans l’oisiveté que nous pourrons prouver que nous sommes de vrais collaborateurs pour préparer le terrain de la Culture. En trouvant la joie par le labeur quotidien nous montrons que la conception de l’Infinité ne nous est pas étrangère. En ne faisant nul mal aux autres nous ne nous faisons pas de mal, et en donnant éternellement nous réalisons que par le don de soi nous recevons. Ce cadeau sanctifié n’est pas le trésor caché d’un avare. Nous comprenons combien est créative l’affirmation, et combien est destructive la négation. Parmi les conceptions de base, celle de la Paix et de la Culture sont des conceptions que même un homme ignorant n’osera pas attaquer. Là où se trouve la Culture, se trouve la Paix. Là où est la juste solution pour les difficiles problèmes sociaux, se trouve la réalisation.

 

La vie contemporaine change rapidement. Les signes d’une nouvelle évolution frappent à toutes les portes. Avant la venue des générations futures nous ressentons la splendide responsabilité de la véritable science non conventionnelle. Nous comprenons graduellement le mal de toute chose négative. Nous commençons à mettre en valeur toute positivité et construction éclairée, et de ce fait, par une clémente tolérance, nous pouvons préparer un bonheur vital pour notre prochaine génération, transformant ainsi les vagues abstractions en réalités salvatrices.

 

Quel jour marquant sera l’époque, quand on pourra dérouler la Bannière de la Culture au- dessus de chaque pays, de chaque centre de l’Esprit, au-dessus de la beauté et de la connaissance ! Ce signe appellera chacun à vénérer les trésors du génie humain, à respecter la culture et à avoir une nouvelle évaluation du travail, en tant que seule mesure des vraies valeurs. Dès l’enfance, les gens seront les témoins du fait qu’il n’existe pas seulement un drapeau pour la santé de l’homme mais aussi qu’il existe un signe de Paix et de Culture pour la santé de l’esprit. Ce signe qui sera déroulé au-dessus de tous les trésors du génie humain pourra dire : Ici sont conservés les trésors de toute l’humanité, ici, au-dessus de toute mesquinerie, au-delà des frontières illusoires, de l’inimitié et de la haine, surplombe la fougueuse forteresse de l’amour, du travail et de toute nouvelle création.

 

Sur les rouleaux de commandement il a été inscrit qu’un jardin spirituel a besoin quotidiennement du même arrosage que celui d’un jardin de fleurs. Si nous considérons encore que de l’aspect physique fleurit le véritable ornement de notre vie, alors, jusqu’à quel point devons-nous encore nous souvenir et prescrire les valeurs créatrices de l’esprit, la place de premier choix qu’il doit tenir dans la vie qui nous entoure ! Alors, laissez-nous, avec une vigilance éternelle et infatigable, marquer bénévolement les manifestations de travailleurs de la Culture. Efforçons-nous, dans chaque voie possible, de faciliter ce chemin difficile de l’héroïque accomplissement.

 

Laissez-nous aussi marquer et trouver une place dans nos vies pour les Grands Hommes, en nous rappelant que leurs noms ne sont plus personnels, avec tous les attributs de l’égo limité mais qu’ils sont devenus la propriété de la Culture universelle, et qu’ils doivent être sauvegardés et savamment protégés par des conditions les plus bienveillantes.

 

Nous devons ainsi continuer leur travail de sacrifice de soi et nous devons cultiver leurs semences créatrices, lesquelles, comme nous le voyons, sont souvent salies par l’incompréhension et envahies par les mauvaises herbes de l’ignorance.

 

S’il vous était demandé de quel pays et de quelle constitution pour le futur vous rêvez, vous pouvez répondre avec une totale dignité : Nous visualisons le pays de la Grande Culture. Le pays de la Grande Culture sera votre noble devise. Vous saurez que dans ce pays sera la Paix où la Connaissance et la Beauté seront vénérées.

 

Chaque chose créée avec hostilité est impraticable et périssable. L’histoire de l’humanité nous a donnés de remarquables exemples, montrant combien était nécessaire au progrès la créativité juste et pacifique. La main se fatigue de l’épée, mais la main du créateur soutenue par la puissance de l’Esprit est infatigable et invincible. Aucune épée ne peut détruire l’héritage de la Culture. Il se peut que l’esprit humain dévie temporairement des sources premières, mais à l’heure prédestinée il se réalignera aux pouvoirs renouvelés de l’esprit.

 

Nous sommes fatigués par les destructions et les négations. La création positive est la qualité fondamentale de l’esprit humain. Devenons ceux qui, surmontant les difficultés personnelles, mettant de côté l’égoïsme mesquin, propulsent leur esprit vers les tâches consistant à la préservation de la Culture, assurant ainsi un futur radieux.

 

Conformément au monde médical, nous savons que les soi-disant remèdes vitalisant ne peuvent pas soudainement agir. Même pour la meilleure vitalisation, le temps est nécessaire pour qu’il puisse pénétrer tous les centres nerveux, pour les stimuler non seulement mécaniquement mais réellement pour renforcer et revitaliser la substance nerveuse. Si nous voyons dans tous les exemples de vie la nécessité d’une certaine période servant au progrès de la revitalisation, alors combien il est vraiment nécessaire de penser et de commencer à agir sous un signe tel que celui de la « Croix Rouge » de la Culture.

 

L’humanité s’est accoutumée au signe de la Croix Rouge. Ce beau symbole a pénétré la vie non seulement en période de guerre, mais il a permis à toute  existence d’affirmer le concept de l’humanitaire. La même réalisation de l’humanitaire, la même nécessité inaltérable, de la plus petite à la plus grande, doivent entourer ce signe de la Culture, similaire de la Croix Rouge. L’homme ne doit pas penser à la Culture uniquement à certaine occasion, lorsque c’est le moment de la digestion d’un savoureux dîner. L’homme devrait savoir que lorsqu’il à faim et froid, la Culture est aussi nécessaire. Comme le signe de la Croix Rouge brille intensément pour les blessés, de même le symbole de la Culture devrait irradier de ses feux les êtres qui ont faim dans leur corps et leur esprit.

 

Est-il temps maintenant d’obstruer, de protester, d’être en désaccord et de se disputer petitement ? Quand une ambulance de la Croix Rouge roule activement à travers les rues, la circulation s’arrête pour lui laisser le passage. De même pour le signe de la Culture, renonçons au moins à quelques-unes unes de nos coutumes habituelles, à tous les sédiments vulgaires et aux limitations poussiéreuses de l’ignorance, desquels, de toute façon, nous devrons tôt ou tard nous purifier.

 

La Culture et la Paix, le but le plus sacré de l’humanité ! Dans ces jours de grande confusion, à la fois spirituels et matériels, l’esprit troublé s’efforce dans ces rayonnants bastions. Mais ne devrions nous pas nous unir de façon uniquement abstraite, au nom de conceptions régénératrices ? Selon nos compétences, chacun dans son domaine, nous devrions les appliquer dans la vie qui nous entoure actuellement comme étant la qualité la plus nécessaire et la plus inéluctable. Nous ne devons pas craindre l’enthousiasme. Seuls l’ignorant et l’impuissant, au niveau spirituel, se moqueraient de ce noble sentiment. Rien ne peut nous empêcher de nous consacrer au service de la Culture, aussi longtemps que nous croyons en elle et que nous lui donnons nos pensées les plus enflammées.

 

Au-dessus de toutes les confusions les Anges chantent la Paix et la Bonne Volonté. Aucune arme, aucun explosif ne peuvent faire taire les chœurs du Paradis. Et, en dépit de toute la sagesse terrestre, l’idéalisme, en tant qu’enseignement du Bien, restera le principe de vie le plus rapidement accessible et le plus rénovateur.

 

 

« La véritable Paix, la véritable Unité est le désir du cœur humain. Il lutte pour travailler créativement et activement, car son travail est une source de Joie. Il veut aimer et s’épanouir ans la réalisation de la sublime Beauté. Dans la plus haute appréhension de la Beauté et de la Sagesse, toutes les divisions conventionnelles disparaissent. Le cœur parle son propre langage, il veut se réjouir de ce qui est connu à tous, il élève tout et conduit au Futur rayonnant. Tous les symboles et tablettes de l’humanité contiennent le même signe, la prière sacrée : Paix et Unité. » Unité Culturel, de Nicolas Roerich.

 

 

La Bannière de la Paix - (déclaration de Nicolas Roerich au New York Time, le 16 mars 1930)

 

 

L’humanité, suivant diverses voies, s’efforce à établir une Paix durable, et chaque homme, dans son cœur, peut comprendre que ce travail constructif est un signe véritable de l’Ere Nouvelle. Cette vision pour la Paix, conséquemment, fait apparaître, que toutes discussions dont l’objet est comparer les diverses espèces d’obus ou celle qui relate la possibilité de remplacer deux cuirassé par un seul navire de guerre d’un nouveau type, sont incongrues et choquantes. Néanmoins, nous pouvons considérer que ces discussions sont des prémices pour un équilibre d’armement et des tentatives préliminaires pour la Paix, pour compter les instincts belliqueux des hommes par le moyen de créations joyeuses et resplendissantes de l’esprit.

 

Un fait cependant demeure : les obus d’un seul canon peuvent détruire les plus précieux trésors de l’Art et de la Science, tout comme le ferait une flotte. Nous déplorons la perte de la Bibliothèque de Louvain et les dégâts que subit la cathédrale de Reims. Nous nous souvenons aussi que des trésors de collections privées furent anéantis au cours des conflits. Toutefois, nous ne voulons pas prononcer des mots d’inimitié pour ces faits, nous dirons seulement : détruits par les erreurs humaines, l’espoir humain les relèvera. De semblables erreurs peuvent se répéter, d’autres précieux jalons de l’accomplissement de l’histoire humaine être de nouveau détruits.

 

Contre de telles erreurs d’ignorance nous devons prendre des mesures immédiates et, bien que celles-ci puissent être uniquement des mesures de protection préliminaire, un pas en ce sens peut être couronné de succès. Personne ne peut contester que le drapeau de la Croix Rouge ait été d’une incommensurable valeur, rappelant au monde le sens de l’humanitaire et de la compassion.

 

Pour cette raison, le projet d’un pacte de paix internationale, dont le but est la protection de tous les trésors de l’Art et de la Science, a été esquissé par le Roerich Museum et proposé par les Etats Unis d’Amérique à tous les gouvernements étrangers. Le but de ce projet, soumis au Département d’Etat et au Comité des Relations Etrangères, est d’éviter la répétition des atrocités de la dernière guerre mondiale contre des cathédrales, des musées, des bibliothèques et autres monuments légués par le passé.

Ce plan projette la création d’un drapeau qui sera déployé au-dessus des musées, cathédrales, bibliothèques, universités, et autres centres culturels afin que ceux-ci soient respectés comme lieux internationaux et territoires neutres. Ce plan, élaboré par le Roerich Museum, a été rédigé, conformément aux codes de Droit International, par le docteur Georges Chklaver, docteur en Droit International et en Science Politique et Economique de l’Université de Paris, en consultation avec le professeur Albert Geouffre de la Pradelle, membre de la Cour de Justice de La Haye, vice-président de l’Institut de Droit International de Paris et membre de la Faculté de Droit. Tous deux sont conseillers honaires du Roerich Museum.

 

Comme il est stipulé dans l’article I du Pacte : « Les institutions éducatives, artistiques et scientifiques, les missions artistiques et scientifiques, le personnel, la propriété et les collections de ces institutions et missions seront considérés comme neutres et, comme tels, devront être protégés et respectés par les belligérants.

 

Protection et respect seront dus aux dites institutions et missions en tous lieux, sujettes à la souveraineté des hautes parties contractantes, sans aucune discrimination en ce qui concerne les Etats dont relèvent ces institutions et missions. »

 

Quand l’idée de ce drapeau international pour protéger la Culture fut pour la première fois émise, nous n’avons pas été surpris de trouver qu’elle rencontrait un intérêt unanime et un grand enthousiasme. Des hommes d’Etat expérimentés furent même étonnés que personne n’y ait pensé plus tôt. Et, quand nous avons demandé à nos conseillers honoraires, le docteur Georges Chklaver et le professeur Geouffre de la Pradelle, de traduire cette idée par une formule internationale, nous n’avons pas seulement reçu un projet adéquatement formulé, mais également plusieurs réponses répondant à une sympathie universelle.

 

Ce drapeau international pour la protection de la Beauté et de la Science ne sera pas contraire aux intérêts et ne conduira à aucun malentendu. Bien au contraire, il élèvera l’universelle compréhension des découvertes évolutionnaires, comme si de nouvelles valeurs humaines avaient été crées et que nous nous mouvions sur un sentier de progrès et de paix. Cette compréhension pour un effort créatif vers la Paix rappelle une nécessité, celle de marquer les trésors culturels dans les annales du monde. Ceci n’est pas difficile et, dans beaucoup de pays, il est déjà accompli, bien qu’il y ait des lacunes et que chaque enrichissement dans la connaissance universelle doit être accueilli.

 

De même que le drapeau de la Croix Rouge n’a besoin d’explication pour l’homme, de même, ce nouveau drapeau, gardien des trésors culturels, parlera à tous. Il paraît assez simple d’expliquer, même à un esprit inculte, l’importance de sauvegarder l’Art et la Science.

 

Nous répétons souvent que la pierre angulaire de la future civilisation reposera sur la Beauté et la Connaissance. Dès à présent nous devons donc agir avec cette pensée, et agir rapidement. La Ligue des Nations, qui a progressé vers une harmonie universelle, ne sera pas opposée à ce drapeau, afin qu’il exprime ses buts d’Unité du Monde.

 

Ce n’est pas par accident si cette idée est originairement conçue aux Etats Unis d’Amérique. En effet, du fait même de sa position géographique, les Etats Unis sont moins affectés par des mesures de protection. Cette proposition vient donc d’un pays dont les trésors de l’art ne sont pas en danger, illustrant ainsi que le meilleur de ce drapeau est un symbole de Paix, non d’un seul pays mais de la civilisation mondiale comme un tout.

 

Ce drapeau, conçu pour ce projet, comporte trois sphères rouges à l’intérieur d’un cercle de couleur rouge sur fonde blanc. C’est un symbole d’éternité et d’unité, et, bien que je ne puisse dire quand cette bannière flottera au-dessus de toutes les institutions culturelles du monde, le germe est semé. Il a déjà attiré l’attention de nombreux esprits et voyage de cœur à cœur, propageant à la fois la Paix et la Bonne Volonté parmi les hommes.

 

Il est réellement impératif, pour une prospérité glorieuse, de prendre immédiatement des mesures pour protéger le noble héritage de notre passé. Mais ceci ne peut réellement s’établir qu’à la seule condition que tous les pays s’engagent eux-mêmes à protéger les créations de la Culture, lesquelles, après tout, appartiennent non à une nation mais à l’humanité. Dans cette perspective nous pouvons créer la prochaine mesure vitale pour une Culture et une Paix universelles.

 

 

« La Bannière de la Paix est le symbole fondamental qui permettra à l’humanité de franchir une nouvelle étape. Sous ce symbole, la beauté de l’Art et de la Connaissance s’assembleront et les nations s’uniront. Notre Bannière est le symbole des principes les plus élevés ! »

 

 

                                                                                  Hiérarchie – série Agni Yoga.

Repost 0
Published by ASSOCIATION FRANCAISE de la BANNIERE de la PAIX - dans Sur la culture...
commenter cet article